La chevalière

Pendant le temps de l’écriture, parfois, j’ai un concept en tête et je voudrais raconter une histoire qui illustre mon idée. En fait, je pense que c’est mieux de commencer une histoire sur un fait réel qui donne une solide base de départ. C’est ainsi que j’ai une histoire que m’a racontée ma mère : c’est une chevalière égarée que l’on cherche partout et on a la certitude qu’elle se ‘déplace’  sur le domaine d’une gentilhommière … elle sera retrouvée dans le gésier d’un canard qu’on vient de saigner !

Cette nouvelle s’appelle ‘La chevalière’. Aujourd’hui, on la trouve dans L’école des lettres, collèges, n°4 et des collégiens de cinquième planchent dessus !

Il faut la mettre en ligne cette chevalière ! Retrouvée cette fois parmi les roses trémières.

Publicités