Un ami, Henry Bauchau

« Notre rôle est d’attendre, attentifs devant la porte/qui s’ouvre ou qui ne s’ouvre pas. /Si tu ne peux plus saluer le soleil avec ton corps/ Salue-le en sourire. »

C’est de Henry Bauchau. La référence, l’ami qui conseille, la personne qui écrit, la machine à écrire qui se donne le devoir d’écrire quelles que soient les circonstances. Ces quatre vers magnifiques, tout simples, résument de manière fulgurante la pensée d’un humaniste contemplatif et philosophe… Peut-être pourrait-on écrire un livre à partir de cette citation, véritable chef-d’oeuvre de l’abrégé ?

Henri Bauchau avait besoin de la montagne, dont il parlait en ces termes :

« Je retrouve le charme de la cascade, la chevelure ruisselante du haut sous le petit pont entre les pins et les mélèzes, puis la chute vaste, inlassable et le merveilleux piqués des gerbes d’eau qui plongent comme des anges. »
« En marchant sur les minces feuilles de schiste j’ai l’impression de déchirer une étoffe légère et musicienne. »
« Je ne me lasse pas de regarder les pentes de Meyel, la plus grande partie est dans une ombre bleutée, délicieuse et fraiche comme une source en été, la ligne de crête et certains contreforts ensoleillés ont des formes plus douces et plus brillantes qu’ailleurs. La neige n’y est pas d’un blanc net mais veloutée et pleine de dégradés qui s’en vont vers l’or pâle et le bleu. »
« Retrouvé cette sensation, arrivant au sommet par le versant sud, de voir tout à coup lorsqu’on arrive au sommet bondir l’immense cercle des montagnes des trois autres côtés. En redescendant, admirable ciel filtrant entre les cimes. Lumière bleue vers la vallée du Rhône et sombre ou fauve sur les flancs des montagnes plus rapprochées. »
« Retour aux chalets par les pentes basses. Il y a protection mais aussi oppression dans l’habitat humain. Il vous contraint à un réel plus dur, plus condensé. »
« Les glaciers en face de moi apparaissent au fond de la vallée avec une majesté de théâtre. Un théâtre de silence où les plis des rochers se nouent et retombent avec une grandeur calme. »

Mon bureau est face à la campagne, je demeure attentive à la nature, écrivant.

Publicités